Cycle cinéma chinois

8e Saison (2017-2018)

Cycle de cinéma chinois : De l’écrit à l’écran

Le programme de cette 8e saison du cycle « De l’écrit à l’écran » débute avec trois films qui sont à la fois des grands classiques, des films rares et, chacun à sa manière, des œuvres marquantes de la période d’ouverture après la Révolution culturelle, de la fin des années 1970 au début des années 1980 : un film de 1980 qui fut un succès public, un film de 1984 qui marque les débuts de ce qu’on a appelé la Cinquième Génération, et un film sorti dès 1978 qui représente le renouveau du cinéma d’animation chinois. Le reste du programme est cette année axé sur les années 2000-2010 :
  • Pour les années 2000, un florilège de quatre films que l’on peut qualifier « d’auteurs », avec un hommage à un cinéaste dont on a peu l’occasion de voir les films à l’affiche, et qui représente un courant un peu à part dans le cinéma chinois, en lien avec des poètes, des écrivains et des musiciens qui partagent les mêmes critères esthétiques : Li Hongqi (李红旗).
 
  • Pour les années 2010, une série de quatre autres films adaptés d’œuvres littéraires par des grands noms du cinéma chinois contemporain, et terminant a priori par ce qui n’est déjà plus que l’avant-dernier film de Feng Xiaogang (冯小刚), mais qui est un petit chef-d’œuvre en soi, plein de surprises et d’innovations esthétiques : « Je ne suis pas madame Bovary » (sous-réserve).
  Toutes les séances ont lieu le jeudi à 18 heures

Prochaines séances

24 mai 2018

Cinéma

Monk Comes Down the Mountain (道士下山 / Daoshi xiashan)

Un film de Chen Kaige (陈凯歌) - 2015
Le film, comme le roman, se passe pendant la période troublée des années 1930, quand les seigneurs de guerre faisaient régner la terreur et le chaos. Le supérieur d’un monastère taoïste désespère de pouvoir continuer à nourrir tous les moines ; il organise alors une compétition d’arts martiaux pour déterminer le meilleur. C’est le jeune moine He Anxia (何安下) qui en sort vainqueur, sur quoi, étant le plus fort, c’est lui qui doit aller affronter le monde extérieur, en « descendant de la montagne ». L’histoire se déroule alors comme un roman d’apprentissage, au gré des rencontres que fait le jeune moine, des amitiés qu’il noue et des vengeances qu’il exécute. L’originalité du film tient à l’humour avec lequel est présentée cette histoire de wuxia qui ressemble plutôt à un pastiche de wuxia traditionnel. Le choix des acteurs n’y est pas pour rien : ce sont les meilleurs comédiens du moment en Chine.
Lire